Meubles peints et compagnie

14 novembre 2017

Albert et Rosae

albert2Voilà l'automne qui s'est bien installé. L'hiver se fait déjà annoncer. Pour moi ce ne sont pas des saisons tristes, elles marquent tout simplement l'Arrivée des Ours.
Petit rappel des épisodes précédents : il existe une contrée lointaine, l'Oursonnie du Nord, découpée en deux provinces (le Pays d'en Haut et le Pays d'en Bas) où vivent des ours particuliers. Ils naissent, comme tous les ours, dans une tanière, sous la garde attentive de leurs parents. Lorsque l'hiver vient, ils doivent appliquer le dicton local : "tanière enneignée, petons congelés".

albert6C'est le moment que choisissent beaucoup d'ours déjà grands pour effectuer leur grand tour. Le grand tour consiste à partir d'Oursonnie du Nord pour aller au devant du vaste monde afin d'y glaner un maximum de connaissances. Les plus jeunes partent sous la houlette d'un ours plus âgé.

C'est le cas d'Albert, l'ourson blanc. Il s'agit déjà d'un ourson adolescent, un peu dégingandé, embarassé avec des membres qui ont grandi un peu trop vite pour lui. Pas simple dès lors de marcher correctement quand on a des pieds qui annoncent un grand et bel ours.

albert5Albert a été chaudement vêtu par sa maman un tantinet inquiète de voir ses deux enfants partir d'un seul coup de la tanière. Elle lui a mis pour l'occasion un beau chandail de lainage gris, les boutons de nacre du Grand Oncle Lucien, dont le grand Tour fut fameux. Maman Ours n'a pas oublié le bonnet et l'écharpe pour s'assurer de la bonne santé de son petit...

albert4Albert est bien un peu intimidé. D'un naturel doux, il regrette parfois un peu la chaleur de la tanière, même si l'excitation de la découverte du monde l'emporte finalement.

Cela étant, Albert n'est pas seul. Il a été confié à sa grande soeur, à peine plus âgée que lui mais déjà tellement raisonnable....

albert3Rosae est calme et discrète, mais reste très attentive à ce qui l'entoure.

Très coquette, elle arbore fièrement les attributs de son prénom, auquel elle ajoute un "e"final car Rosae se pique d'étudier le latin. Pourquoi ? Je dois vous dire que cela reste un mystère pour moi. Rosae est très polie, de très bonne volonté mais peu loquace.

albert7Sa bouille toute ronde et pleine appelle la tendresse et suscite les effusions. Elle se laisse par ailleurs faire avec beaucoup de grâce. Elle ne quitte guère du regard son jeune frère, attentive aux besoins d'Albert mais je la soupçonne quand même de veiller à ce qu'il se comporte correctement. Sa gourmandise l'inquiète un peu : les ours qui arrivent chez moi semblent goûter les croquettes des chats, et c'est bien là que les choses se corsent. La concurrence est rude, même si pour le moment, le calme règne. Chacun occupe son territoire et observe l'autre...

albert1

Dernière précision : Albert est réalisé dans une maille polaire, douce si douce... Rosae est née d'un pull pour homme que j'ai patiemment feutré.

Je sais bien, moi, que ces arrivants ne font que précéder d'autres visiteurs. Cela fait maintenant quelques années que cela dure, et je n'ai toujours pas compris pourquoi ils ont élu domicile chez moi. A en juger par les réactions de mon entourage lorsque je leur parle d'Oursonnie du Nord, je dois faire un peu peur quand même....

Je vous laisse, je dois nourrir tout mon petit monde...
Senami

Posté par senami à 19:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


05 novembre 2017

Idylle (Atelier Scämmit)

scam2C'est en lisant un blog que j'ai découvert la blouse Idylle, de l'Atelier Scämitt : un patron gratuit à télécharger, un concours auquel je participe de justesse, la date butoir étant... aujourd'hui.

scam8Voici donc ma version, à partir du patron téléchargeable et imprimable en pdf. Merci Johanna pour ce joli chemisier, qui ouvre beaucoup de possibilités !

scam11Ma version est un peu modifiée, et ce par la force des choses. Je n'ai pu avoir qu'un mètre vingt de ce tissu, alors que le métrage préconnisé est de un mètre cinquante. Cela dit, j'aime les manches 3/4, et c'est heureux sinon j'aurais eu quelques problèmes.

J'ai ajouté un poignet à chaque manche.

L'encolure est un peu échancrée pour moi. Avec les restes du tissu, j'ai pu faire un col cravate.

scam3Pas facile de donner un aperçu fidèle en raison de l'heure tardive et donc de l'absence de lumière naturelle.

J'ai volontairement laissé la chemise libre sur le pantalon pour une meilleure visibilité,  mais je pense que je la porterai rentrée.

scam13Le dos est théoriquement boutonné, mais j'ai fait une fausse patte de boutonnage. Ma MAC est toujours en panne (et vu le prix qu'on me demande...), et tiens, en gagner une neuve serait sympa... On peut toujours rêver, non ? La concurrence est rude, allez voir sur #idyllepattern, #atelierscammit, les interprétations proposées sont toutes plus jolies les unes que les autres.

scam10Je n'ai pas rencontré de difficulté particulière pour réaliser cette jolie chemise, si ce n'est que le tissu, un sorte de crêpe fin, est très très fluide et nerveux. Pas facile de le dompter.

Ce sera tout pour ce soir ou presque : je ne peux pas m'en aller sans partager avec vous cette bûche trois chocolats que j'ai réalisée lors d'un atelier de pâtisserie. Une après-midi formidable, j'ai beaucoup appris et suis repartie très fière avec ma bûche. Il en reste peu, j'en déduis qu'à la maison on a apprécié !

scam17Une ganache chocolat blanc, un crémeux chocolat et une chantilly au chocolat... un biscuit chocolat sans farine (étonnant)... Il est bien dommage que vous ne puissiez sentir les odeurs.

scam15Je vous laisse sur ces impressions gourmandes.

Bonne semaine à toutes et à tous.

Senami

 

Posté par senami à 21:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 octobre 2017

Boucle d'Or et les six pantalons

safran7Vous connaissez sans aucun doute l'histoire de Boucle D'Or. Outre le fait que ma couleur capillaire est pile poil dans le thème, j'ai d'autres points communs avec elle. Souvenez-vous ... les trois bols sur la table : le grand bol, le moyen bol et le petit bol...

... c'est très précisément ce qui m'est arrivé avec le pantalon Safran (Deer and Doe). Jugez plutôt : le premier fut bien trop grand, le second fut bien trop petit, le troisième était bon. Depuis j'en ai cousu un quatrième (le beige de cet article), cousu et jeté le cinquième (un coup de ciseau mallheureux après deux jours de travail) et le sixième est en jean, c'est celui que je vous présente.

safran6Le patron, tout d'abord. A force de me lire, vous savez que j'aime beaucoup les patrons Deer and Doe. Je n'ai jamais été déçue des coupes proposées, et ai toujours loué la clarté des explications. Il suffit d'être patient(e), de bien lire les explications... aïe... c'est là que ça coince parfois.

Exemple : la nature et la qualité du tissu. Pour ce pantalon serré, l'élasticité du tissu est primordiale. Le jean que je porte sur cette photo est coupé en 42 après un essai malheureux en taille 40 (mon numéro 2). Le tissu est chouette, mais peu élastique. Je ne sais pas si mes explications sont très académiques, mais au fond j'ai triché sur la taille pour compenser la faiblesse d'élasticité de ce jean.

Ma MAC étant toujours en réparation (et le réparateur m'annonce 700 euros de frais... gloup. Elle y est toujours), je ne peux pas faire de boutonnières, j'ai opté pour des boutons métalliques qui se fixent au marteau. Vaut mieux quand même s'exercer avant, parce qu'une fois que c'est fait, pour retirer ça, bon courage...

safran10Je suis très contente de moi, les finitions sont au top (enfin presque j'ai mis les passants à l'envers mais chut... ne le dites pas), mais persistent quand même des plis disgracieux au niveau des genoux, que ce soit devant ou derrière. J'ai pourtant raccourci mon pantalon dans les règles de l'art pour obtenir un 7/8ème, tout en élargissant légèrement la largeur du mollet (eh eh... courir après 670 chérubins déchaînés, ça entretient, je vous dis que ça...). J'imagine que cela n'est pas suffisant mais je demanderai à la conceptrice du modèle, elle aura sans doute un avis avisé sur la question.

safran8Vous aurez sans doute reconnu la petite veste de l'article précédent, qui vous a plu semble-t-il. J'ai cependant ôté les basques. A l'usage, le tissu ne convenait pas et elles me gênaient. J'ai heureusement récupéré une chute pour terminer la veste, et posé un galon ancien teint à la maison. Elle est parfaitement assortie à ce jean très foncé. Un morceau de velours crème trèèès trèèès doux patientait dans mon armoire à trésors. Quelques tours de surjeteuse et me voilà avec un t shirt doux, si doux... En revanche, pas de patron particulier pour celui-là : c'est un patron maison, bidouillé au fil du temps, et que je peux réaliser les yeux fermés.

safran1Mon Safran beige (et donc le numéro 4 si vous avez bien tout suivi) est réalisé depuis déjà plusieurs semaines. Il a été lavé, et relavé, et ma foi, a relevé le défi du pantalon facile à vivre et agréable à porter.

Un ajout de dentelle tout en bas mérite d'être revu, à force de lavages, ça pendouille. Je vais y remédier. Pour le reste, rien à redire, si ce n'est qu'avoir un pantalon parfaitement ajusté, quel confort ! Je ne souffre plus de l'éternel problème de la ceinture qui baîlle dans le dos, et dont les bourrelets me font mal quand je m'adosse.

safran12Celui-là est en taille 40, le tissu est très élastique. Là vous le voyez à peine sorti de la machine, mais au bout d'une heure, j'ai déjà plus d'aisance. Encore heureux, car ce que je lui demande c'est d'être avant tout confortable au quotidien sans pour autant s'avachir. Croyez-moi sur parole, il tient toutes ses promesses.

On parle souvent de l'épreuve de la pose de la fermeture éclair. Pour ma part, je réalise ce pantalon en deux étapes : la coupe du tissu, le surfilage (une manie chez moi), et toutes les étapes en m'arrêtant à la fermeture, justement. Je reprends le lendemain matin, quand je suis à peu près fraîche, pour ne pas commettre de bêtise.

safran14Comme vous pouvez le constater, les plis disgracieux au niveau des jambes sont très présents. Je pense qu'ils sont dûs à ma morphologie et non au modèle.

Pour accompagner ce Safran, j'ai cousu un Wanted, de Vanessa Pouzet. Celui-là, je l'ai tellement réalisé que je ne les compte plus.

safran2Je le trouve toujours aussi seyant avec son encolure carrée, un peu technique à réaliser mais si on s'applique, ça passe.

Le tissu vient de chez Bennytex, et fort heureusement, j'en ai assez pris pour contenter aussi mon Grand Grand qui a passé commande pour un t.shirt manches longues. Je porte le tout avec un petit gilet noir, ça cache un peu la tache jaune sur la poche gauche arrière, la faute à ... moi qui n'ai pas fouillé toutes les poches avant le lavage...

Un long, très long post aujourd'hui, sans doute à la mesure de ma satisfaction à avoir réussi l'Epreuve du pantalon. Hormis les sous-vêtements, c'était la seule pièce que je ne savais pas réaliser dans ma garde-robe. Etant donné que suis toujours en pantalon, vous aurez mesuré ma frustration ! Je vais sans doute en refaire d'autres, avant de passer à un autre modèle. Je louche vers le Port Trousers de Pauline Alice mais il me semble qu'il est taille basse... quel est votre avis sur la question ?

Bonne fin de journée...

Boucle D'Or

 

Posté par senami à 16:26 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

08 octobre 2017

blue1Vous l'avez sans doute remarqué : je suis une adepte de la petite veste. Celle qui se porte avec un pull et un pantalon basiques, mais qui d'un coup de baguette magique transforme votre tenue et lui donne ce truc en plus... On accessoirise et hop ! en voiture Simone !

blue3(Pendant que j'écris ces lignes, je me dis que ce collier que j'aime vraiment beaucoup a un côté un peu... mémérisant. Je pense opter pour quelque chose de plus déjanté pour pour... rien du tout. Qu'en pensez-vous ?)

blue6A vrai dire, dès que j'ai commencé à coudre cette veste, je me suis dit que des brandebourgs seraient parfaits pour fermer symboliquement les devants. Mais on est dimanche, et je n'ai pas ça dans mes tiroirs alors je vais devoir aller faire un tour dans la mercerie du coin.

Le modèle : il s'agit de la veste Ninon, de la marque C'est moi le patron !. Je la réalise pour la deuxième fois mais cette fois-ci, j'ai fait l'impasse sur la doublure : je veux garder un peu d'aisance pour pouvoir porter un col roulé noir dessous. C'est que je travaille dans le Palais des Courants d'Air, alors : élégante, oui, malade, non. Cela étant, comme il s'agit de brocard, l'envers est tout aussi beau que l'endroit. Il nécessite cependant un surfilage soigneux, ce qui a aussi pour avantage de faire un envers propre.

blue7Il s'agit, pour celles qui ne la connaissent pas, d'une veste près du corps, avec des basques qui marquent joliment la taille. Pour ma part, je l'ai fermée avec des crochets invisibles.

blue5Toutes les pièces du modèle s'emboîtent parfaitement, il n'y a pas de difficulté particulière. Les manches se font en deux parties, mais elles se montent à la perfection, excepté que j'ai oublié qu'il s'agit d'un tissu à motifs, et que par conséquent, il y a un sens à respecter. Le dessous des manches a donc des fleurs dans le sens inverse du reste, mais je crois que je suis la seule (enfin plus tout à fait si vous lisez ces lignes...) à le savoir. J'ai quand même réussi à faire des devants symétriques, c'est déjà ça. 

Le tissu maintenant : il s'agit d'un brocard de belle qualité déniché lors de ma dernière virée chez Bennytex.

blue2Je ne suis pas une grande adepte du bleu, allez savoir pourquoi. Je lui préfère les teintes de terre, mais là... Amie couturière, tu le sais : quand tu erres dans le magasin l'entrepôt et que tes pas te ramènent systématiquement à CE tissu, tu sais que tu dois le prendre. Et au passage faire taire la petite voix qui te dit : "et tu en feras quoi?" d'un "tu verras bien" péremptoire.
Les motifs de ce brocard (qui nécessite vraiement d'être surfilé, j'insiste...) me font penser aux dessins médiévaux, vaguement orientalistes, à moins qu'on leur préfère les papiers peints anglais de Willima Morris...

blue8Le jour tombe déjà, il faut allumer les lumières de l'atelier, mais ma jolie veste s'accomode fort bien de la lumière artificielle. J'ai hâte de la mettre demain...

Bonne semaine à vous.

Senami

 

Posté par senami à 18:04 - Commentaires [18] - Permalien [#]

20 septembre 2017

Veste Grand Siècle

IMG_2348Un tissu d'ameublement, parfois, ça donne des idées.

veste2Ce tissu là m'a fascinée avec ses couleurs changeantes, ses reflets mouvants et chatoyants... J'en ai pris un mètre cinquante, un peu au hasard, sans bien savoir ce que j'en ferais.

veste3Selon la luminosité, il peut prendre des reflets verts ou bleus... Sans doute pour me consoler de devoir attendre de finir ma veste en lin brodée, étant donné que ma MAC brodeuse est partie en réparation pour un temps indéfini... Ne pouvant réaliser de boutonnières, je me suis de nouveau tournée vers la veste Victoria Street, que j'ai cousue plusieurs fois déjà, et que j'aime inifiniment... pas de boutons, donc, veste près du corps, allure décalée version Grand Siècle, un chouya précieuse, et que j'adore porter avec un jean beige.

veste6Je lui ai associé un morceau de soie sauvage jaune, pour les parementures (en même temps... pas le choix, plus de tissu) et les revers du jabot. J'ai même fait un petit volant froncé qui dépasse du bout des manches.

veste13Les manches, justement : faute d'avoir assez de tissu, j'ai dû bricoler et faire avec ce que j'avais. Le bout des manches est donc réalisé avec un tissu dont la trame est inversée. La couture est dissimulée par un galon beige. La différence de sens de la trame donne des effets de lumière intéressants. Le tissu, quant à lui, étant un tissu épais, se tient parfaitement, et donne beaucoup d'allure à la veste.

veste8Vous l'aurez compris, je suis ravie de ma couserie. Pour un prix ridiculement modique, je m'offre une veste forcément pas comme les autres, décalée, hors du temps présent et en même temps, très contemporaine à condition de la porter avec des vêtements d'aujourd'hui, sous peine de donner le sentiment de sortir d'une répétition de théâtre.

veste9Le dos joliment creusé marque bien la taille. Les boutons de nacre n'attendaient que ce tissu pour se fondre dans le décor en douceur.

Portée pour aller travailler, elle a tenu toutes ses promesses : une tenue irréprochable, chaude (et là ce n'était pas du luxe) et qui ne se froisse pas...
Passez une bonne fin de journée...

Senami

Posté par senami à 18:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


13 septembre 2017

Chantilly !!!

chantilly7La teinte de cette soie sauvage m'a toujours fait penser à cette merveilleuse et authentique Chantilly savourée au château du même nom. (tentez l'expérience, le château est époustouflant et quant à la Chantilly... on en mangerait par terre....).

chantilly1Cette soie magnifique se suffit à elle-même... pourtant je l'ai mariée à une très jolie dentelle, ajoutée sur les poignets et le col.

chantilly2Il s'agit de la Mélilot, de Deer and Doe. Le modèle est attrayant,, même si j'émets à titre personnel un bémol concernant la coupe de la chemise au niveau des emmanchures. J'ai taillé le vêtement en taille 40, comme habituellement pour cette marque, mais la découpe particulière des manches ne me convient pas. Je pense que cela est dû à ma morphologie (on a les épaules larges dans la famille...) de sorte que cela me fait une carrure massive, alors même que j'ai peu d'aisance aux emmanchures. J'ai même supprimé la poche de poitrine (laquelle de toutes les façons se promenait de façon incongrue bien trop près du bras, alors que j'ai respecté le patron...), et qui me semblait trop présente pour ce tissu.

Le fait d'avoir ajouté de la dentelle donne évidemment un côté très précieux à l'ensemble.chantilly5

La préciosité de la soie et de la dentelle est contrebalancée par la découpe façon liquette de la chemise, qui lui donne un petit côté sport. Pour accentuer le contraste, je la porte sur un jean.. chantilly6

Si vous avez suivi l'épisode précédent, vous savez que ma MAC m'a lâchée, et je crois que je ne suis pas prête de la retrouver. Comment, dès lors, réaliser mes boutonnières ? Pour tout vous dire, pour cette chemise, j'ai triché. Impossible de faire autrement, alors j'ai cousu les boutons en trompe-l'oeil jusque l'encolure, et j'ai mis un bouton pression pour le col. Je ne voulais pas de boutons pression sur tout le devant, de crainte de me retrouver en posture délicate au passage tonitruant de l'un de mes 670 trublions (ben voui, je suis une mère de famille très nombreuse dans la journée). Je me tortille un peu pour l'enfilage mais ni vu ni connu, je t'embrouille... et je me sens plus à mon aise.

chantilly8Une chose est certaine : porter de la soie est d'un confort incomparable. La chaleur qu'elle diffuse est surprenante, et, cerise sur le gâteau, elle ne se froisse pas.

 

De quoi rester impeccable jusqu'au soir....

Bonne fin de soirée à vous.

Senami

 

Posté par senami à 19:26 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2017

Hoya ! Hoya !

hoya4Voilà un exemple de patron acheté... puis délaissé... diantre, fichtre, mais quel manque de clairvoyance...

hoya7Je l'ai souvent regardé, retourné, soupesé... et reposé. Je l'avais acheté et pourtant, côté inspiration, rien, nada, que pouic.
J'avais tort.

Ce modèle, Hoya de Deer and Doe, comme tous les autres que j'ai tentés (et je commence à avoir une jolie patronthèque de ce côté), tombe parfaitement. Les morceaux s'emboîtent de façon magique, les explications sont claires, et la coupe orignale. Je ne peux vous le proposer que sur le mannequin, je n'ai plus de photographe sous la main quand la lumière du jour est encore là (mais naaan, je n'ai pas épousé un vampire, juste un acharné du boulot). Pour info, mon Grand Petit est parti à Cabourg et poursuit ses études de pâtisserie dans une école sur Paris... mention complémentaire en Pâtisserie, Chocolaterie, Confiserie, Glacerie. Vous, je ne sais pas, mais moi je prends quinze kilos à l'énoncé du diplôme préparé et je lèche l'écran quand il me fait partager ses créations... fermons la parenthèse.

hoya8Revenons à Hoya, taillée en 40 dans un coupon de tissu acheté à moins 70%. Autant dire que même si j'avais fait une erreur de casting, le budget n'aurait pas été mis à mal pour autant.

C'est un vêtement qui est proche du corps sans pour autant coller à la peau, ce qui par les temps de canicule que nous avons connus, était un miracle.

Je n'ai pas eu de problème avec l'encolure, que beaucoup ont trouvée trop plongeante, mais je l'ai quand même fermée par un point de couture invisible.

J'ai modifié légèrement le modèle, en ne faisant pas les manches comme préconisé (fermées par un noeud) mais j'ai fait des manches descendant sous le coude, ornées d'un petit galon.

Je ne pourrai pas partager avec vous ma dernière couserie : en réalisant la broderie de la deuxième manche, je crois que j'ai grillé le moteur de ma MAC brodeuse...

hoya1La voilà en l'état, c'est à dire presque finie : la deuxième manche est brodée aux 3/4... il va falloir attendre que la machine soit réparée... heureusement, il me reste de quoi refaire une manche dans ce magnifique lin...

hoya2Après avoir regardé désespérément ma MAC silencieuse, espéré irrationnellement un miracle, je n'ai rien dit, pas un mot plus haut que l'autre et suis allée cuver mon désespoir dans les pages d'un livre.
Le lendemain, je me suis remise en selle, et ai taillé un pantalon Safran. Une réussite annoncée, une journée de travail jusqu'au coup de ciseaux fatal le soir venu. Il est bon pour la poubelle. Depuis je boude loin de l'atelier. Un peu vaccinée. Mais ça va revenir. Tout cela n'est pas si grave, et une leçon d'humilité de temps en temps est toujours la bienvenue.

A très bientôt.
Senami

Posté par senami à 18:32 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2017

Retour aux pinceaux

co16

Retour aux sources, retour aux pinceaux. Cela faisait longtemps. 

co19

Je n'ai pas fait de photo de ma commode avant sa renaissance, mais vous avez sa petite soeur ici. Ne vous méprenez pas : il ne s'agit pas de marqueterie mais d'un vilain placage de mauvaise qualité, si fin que le moindre coup de pinceau fait gondoler le tout. Les ferronneries sont en laiton de mauvaise qualité, très mou et cassant. 

co11

Lorsque je suis revenue à la maison avec elle, j'ai dans le meilleur des cas suscité un laconique "elle est bizarre". Oui, justement, c'est ce qui m'a attirée. Ses rondeurs généreuses, son élégance de danseuse à la voir ainsi dressée sur la pointe des pieds...
Le travail de préparation a été long et fastidieux, la surface étant très lisse et fragile. La teinte d'origine oscillait entre le brun et le noir, il a fallu plusieurs couches pour couvrir la teinte d'origine. 

Je n'ai pas pu ôter toutes les ornementations en laiton, et cassé celles que j'ai démontées... Il me reste quelques soirées à passer à gratter minutieusement les ornementations qui ont reçu de la peinture. Pour la prochaine je vais tenter de me servir de drawing gum (gomme liquide) chère aux aquarellistes. Non sans un essai préalable. 

co2

Je ne jouerai pas les fines bouches plus longtemps : je vous le dis, je suis RAVIE du résultat. 

co5

co6

Les tiroirs sont été peints sur les côtés. Pour le fond, je suis allée piocher dans ma collection de papiers peints (on en fait de si beaux maintenant...) mais comme je n'ai que des échantillons, j'ai choisi deux motifs différents, en harmonie avec le meuble. Cela change du tissu que je mets habituellement, et ça donne un petite touche d'humour à l'ensemble. 

co7

Et le plateau alors ? A l'origine il s'agissait d'un marbre jaune. Pas vilain en soi, mais recouvert d'une sorte de vernis, et absolument pas dans les teintes que je souhaitais. J'ai tenté de le vendre, en vain. Et puis que faire ensuite ? Faire tailler une planche ? Mais comment restituer les courbes du  plateau original ?
Alors je l'ai peint. Oui, vous avez bien lu. Après une sous couche de préparation pour surfaces lisses, j'ai appliqué deux couches de peinture, j'ai verni et j'ai ciré. Je ne garantis pas l'éternité de ce traitement, mais il s'agit d'un meuble de décoration, pas de raison donc d'imaginer un usage intensif.  Pour quelques coups de pinceau, j'ai résolu mon problème. 

co10

Les ornementations en laiton ternies ont été réveillées par un vigoureux brossage à la paille de fer. On retrouve de discrets éclats de lumière qui vont bien avec la lumière artificielle du soir. 

Après une application de cire liquide au pinceau, puis de la cire solide, j'ai remis en place les poignées. La patine viendra doucement, au fil des lustrages nécessaires, et effacera l'impression du meuble trop récent. 

co13

A la lumière artificielle ce n'est pas mal non plus. Je dois trouver une lampe plus haute pour un meilleur équilibre des proportions. 

co1

Les ravissants cadres offerts par ma fille, avec les photos de mes grands n'attendaient que ce meuble. Comment et pourquoi a-t-elle choisi ces cadres... Je sais qu'elle sourira en lisant ces lignes, mais parfois il n'est pas nécessaire de trouver une explication rationnelle. 
Ce meuble répond avec grâce à l'armoire que j'ai faite dans le même style l'été dernier. Ces meubles d'origine disparate trouvent finalement une harmonie et des points communs.

co17

Il remplace la console/meuble de drapier qui se trouvait à sa place, et qui s'intègre parfaitement à l'atelier...

co18

Je peux y ranger mes boîtes et mes magazines, sa faible profondeur dégage du passage et tout est bien qui finit bien...
La seule question qui vaille est : pourquoi ai-je attendu un an avant de me lancer ?

co3

Je retourne la couver du regard...
Bon dimanche à vous. 

Senami

 

15 août 2017

Safran : la Toile

 

sa7

Je suis ravie de mon travail et pourtant... que d'imperfections.... Nous courons toutes après le zéro défaut, et celui ci en compte un nombre certain... Allez comprendre...

sa6

C'est le premier "vrai" pantalon que je réalise jusqu'au bout sans (trop) rougir : je vous présente Safran, de Deer and Doe. Vous allez vite comprendre les problèmes que j'ai rencontrés, problèmes qui ne sont en aucun cas imputables à la conceptrice du patron. Je tiens d'ailleurs encore une fois à saluer la clarté et le professionnalisme de la marque Deer and Doe. Je n'y ai aucun intérêt, mais pour avoir sérieusement galéré sur d'autres tentatives dans d'autres marques, je trouve très réconfortant de suivre des explications aussi bien faites., avec un patron dont les morceaux s'ajustent naturellement. 

J'ai bien suvi les recommandations préconisées : je sais bien que ce premier essai est une toile. Je n'en fais jamais habituellement, mais pour un pantalon, j'ai opté pour la prudence. Et j'ai bien fait. 

sa10

De dos le problème saute aux yeux : il y a un gros problème au niveau de l'ajustement de la ceinture. J'ai pris mes mensurations soigneusement, ce qui me donne sur le tableau repère une taille comprise entre le 42 et le 44... alors que je fais habituellement un 40 (commerce), taille que j'utilise habituellement pour les modèles Deer and Doe. Mais bon... j'ai opté pour le 42.

sa14

... et on obtient ça. J'avoue être toujours dans l'interrogation. J'en déduis que ma morphologie est ... particulière ("maman comment tu m'as fait j'chuis pas beau"... chantait Souchon). Je vais opter pour un 40 lors de ma prochaine tentative, voire un 40 diminué au niveau de la taille.

On voit également que le pantalon est trop haut pour moi. J'aime les tailles hautes mais là on frôle la gaine de maintien. Du coup les poches semblent petites pour la superficie de mon fessier... (Grr...) Je veillerai à diminuer cette hauteur. Ce défaut est également visible de face car le haut des poches plisse.

sa12

Même en pinçant le dos, il reste un résidu de tissu sur le devant. Je veux bien avoir un petit ventre rond mais enfin, là, on n'appelle plus ça un petit ventre. Même avec une ceinture, le surplus ne se résorbe pas, et est désagréable à porter car la ceinture du pantalon se plisse entre la ceinture en cuir et le corps. 

Enfin, après quelques heures d'utilisation, je vois bien que le modèle est trop grand pour moi car le tissu étant élastique, il travaille et se relâche un peu partout.

sa2

Tout en sachant que je réalisais une toile, j'ai pris grand soin des finitions. : piqûres décoratives sur les poches avant et arrière, double surpiqûre sur les coutures principales... Un travail assez long même s'il est plaisant, mais qui apporte un vrai plus à l'ensemble. 

sa4

Je ne voudrais surtout pas passer sous silence la pose de la fermeture de braguette, qui contrairement à ce que j'attendais, s'est passée tout en douceur grâce aux explications claires et aux schémas fournis. Pour la ceinture, vous aurez sans doute remarqué que je n'ai pas centré les passants. A noter pour la prochaine fois. 
En conclusion : je suis ravi de cet exercice, même si dès le départ je me doutais qu'il faudrait le recommencer. Mais j'ai le sentiment d'avoir franchi une étape, au moins psychologiquement. Un pantalon comme celui-là manquait à ma panoplie, je me contentais de les acheter, avec par ailleurs le même défaut dans le dos que celui que je viens de coudre.
J'ai cependant eu un doute avant d'acheter le patron : Deer and Doe a, il faut le souligner, le souci des morphologies. Les mannequins sont toutes très différentes, et par ailleurs, toutes aussi belles et souriantes. Mais quelle que soit ladite morphologie, je pourrais être... leur mère. Et même si cela ne me pose aucun problème en matière d'habitllement (je fais comme j'ai envie et comme je me suis toujours habillée), reste que le corps, lui, change. Je vous ferai grâce des détails, mais il faut bien reconnaître que parfois, il est difficile de trouver chaussure à son pied.... et qu'il y a loin entre l'image mentale et celle du miroir...

Et vous, qu'en pensez-vous ?
à très bientôt. 

Senami

 

 

 

 

 

Posté par senami à 15:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 août 2017

Toile de Jouy encore...

TDJ7Toile de Jouy, encore... toujours....

J'ai eu la chance de participer ce week end au marché artisanal du Bec Hellouin (ayez la curiosité de regarder les photos du village sur la Toile, répertorié parmi les plus beaux villages de France...). Chance car l'ambiance était formidable, le cadre idyllique, et les exposants de qualité. Je ne parlerai pas du vent à décorner les boeufs qui nous a fait des misères...

TDJ5Pour l'occasion, j'ai fait une série de sacs en Toile de Jouy, en rouge, vert, bleu, violine, naturel... pour tous les goûts. J'ai pris un plaisir infini à les réaliser, à fignoler les finitions, à ajouter une breloque ici., TDJ6un galon par là, un appliqué ailleurs... On aime ou on n'aime pas, il n'y a pas de demie mesure.

Même si l'imprimé reste résolument romantique et désuet, il s'accorde cependant parfaitement avec le lin (le Bec Hellouin est entouré de champs de lin, mis à rouir actuellement pour en tirer la plus belle fibre, mais ce devait être un enchantement au moment de la floraison).

Tous mes sacs sont doublés avec du tissu assorti, ou avec la même toile.

TDJ4Ni trop grands ni trop petits, ils se portent à l'épaule ou à bout de bras, et ferment avec des boutons pression assortis.

TDJ3Pour ce sac rose, j'ai pioché presque à regrets dans ma réserve de dentelles anciennes. Celui -là a une poche double sur le devant.

Il a été adopté hier, mais il m'en reste encore quelques-uns alors si vous êtes tentée, n'hésitez pas à me contacter.

TDJ1Je vous laisse sur ces images, en vous souhaitant une très belle semaine. Pour ma part, je sais déjà que les nuages seront au rendez vous cette semaine, et l'automne semble presque arrivé depuis déjà plusieurs semaines. J'ai presque peine à imaginer qu'il y a une canicule ailleurs...
Prenez soin de vous.
Senami

 

Posté par senami à 12:08 - Commentaires [6] - Permalien [#]