Meubles peints et compagnie

23 avril 2017

La Grenouille qui fit le Printemps...

ju1Restons dans mon bestiaire familial : vous avez vu mes deux zèbres dans l'article précédent, vous verrez dans celui-ci ma Grenouillle de fille.

ju4C'est l'occasion de vous parler également du Wanted, de Vanessa Pouzet. Après en avoir admiré plusieurs versions sur vos blogs, je me suis lancée. Je dois cependant reconnaître que j'ai eu quelques difficultés pour comprendre le montage de l'encolure, cette encolure carrée si originale, si attractive et si... seyante.
Après avoir peiné avec cette encolure (et deux ratés), j'ai eu quelques déboires avec les tailles proposées. Je l'ai coupé en taille 40, comme je le fais usuellement dans les autres marques de patrons, mais il a bien fallu que je me rende à l'évidence : ni ma carrure, ni ma corpulence ni ma gorge avantageuse... celles qui me connaissent vont rire ne rentraient dedans. Heureusement, ma Grenouille passait dans le coin, élections obligent, alors ni une ni deux, je lui demande d'essayer ce vêtement. Honnêtement, je ne m'attendais pas à ce qu'il lui plaise, pensant qu'elle bloquerait sur les motifs "trop toi". Mais une fois enfilé, l'évidence lui a sauté aux yeux, comme aux miens par ailleurs : il lui fait une silhouette superbe.

ju2L'encolure est flatteuse, fait une jolie poitrine et met en valeur le corps. Ma machine infernale m'a permis de faire des surpiqûres qui ont eu pour avantage d'aplatir les coutures, et de souligner les pièces du tissu.

ju5Le tissu : un jersey très élastique, acheté lors d'une vente monstrueuse au Parc des Expositions de Rouen, où s'étaient déplacés des marchands de tissu d'Europe du Nord. C'était impressionnant, tant il y avait d'étoffes proposées, de quoi perdre la tête, je vous assure. Il y avait beaucoup de jerseys, à des prix parfois intéressants, d'autres à des prix raisonnables, mais surtout il y avait des imprimés que je n'avais vus nulle part ailleurs. Et puis des rencontres sympas autour d'un café, au hasard de la vie, avec d'autres couturières passionnées..Merci Mesdames !

ju6J'aurai l'occasion de vous montrer les autres tissus qui ont atterri dans mon escarcelle... Pour revenir à mon t. Shirt Wanted, j'en suis ravie, maintenant que j'ai compris comment monter l'encolure, et qu'il faut choisir une taille au dessus de la sienne. Pour info, celui ci est en taille 40. Alors oui, nous avons les épaules larges dans la famille, mais la demoiselle qui met au plus un 38 rentre tout juste dans ce 40.
Forte de cette expérience, je me suis remise à l'ouvrage, pour moi cette fois.

Mais nous verrons tout cela dans un prochain article...

Bonne semaine à toutes et à tous.

Senami

ju7

Posté par senami à 21:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


20 avril 2017

Stars and Stripes

TS12Non, non, je ne ferai pas l'apologie du drapeau américain, je vais juste vous expliquer comment à ma façon j'envoie mes zèbres dans les étoiles...

TS13Mes zèbres ayant été brièvement de retour au nid, j'en ai profité pour faire chauffer ma surjeteuse, et leur confectionner ce qui constitue une des bases de leur garde-robe : le t. shirt.
Une fois les mensurations prises, j'ai utilisé du jersey basique, et n'ayant pas le choix des teintes, le gris a fait l'affaire.

TS14Comme je trouvais le tissu un peu tristounet, j'ai réalisé des appliqués en tissu africain. Après avoir légèrement entoilé les étoiles, je les ai cousues les bords à cru. Ils s'effilocheront au fur et à mesure des lavages, sans que cela ne gêne les propriétaires...

TS3Devant le succès du t.shirt Stars, j'ai profité de mon élan, et de la présence de mon exilé grand-breton, de passage en Normandie.
Un premier t-shirt à grosses rayures a eu son approbation. J'ai rectifié la largeur des manches à sa demande. Il en a profité pour me glisser à l'oreille qu'une marinière à manches longues ferait son bonheur...

TS8Voeu formulé, voeu exaucé : une marinière à manches longues, qu'il porte retroussée sur les avant-bras. Sur l'épaule gauche, quelques boutons donnent l'impression d'une fausse patte de boutonnage.
Sur le cliché de droite, on aperçoit une bande rajoutée en bas. C'est à cette occasion que j'ai compris qu'un tissu ne fait pas l'autre.

TS5Pour le troisième, même combinaison mais avec des boutons métalliques anciens, de ma réserve. Ils sont tous différents, et sont repartis pour une nouvelle vie...
Pour changer un peu du col rond, j'ai opté pour l'encolure en V, peu profonde à la demande de mon Grand.

TS7Il faut bien admettre que la surjeteuse recouvreuse permet des finitions parfaites. Je n'aurais jamais pu coudre de cette façon avec ma seule machine à coudre.

Un petit mot sur les tissus : j'avais vu sur de nombreux blogs le nom de Bennytex, sans savoir de quoi il s'agissait...

TS10Enfin de qui. Avertie par l'article complet d'une blogeuse (pardon, j'ai oublié le nom du blog), je ne me suis pas fiée aux apparences : l'entrepôt est situé dans une zone industrielle, et il faut faire abstraction de l'environnement. Une fois à l'intérieur, l'accueil est chaleureux (merci pour le petit café !), et les tissus très attractifs. On n'a pas le choix des couleurs, il faut prendre ce qui se présente, mais la qualité est au rendez vous. J'ai acheté du jersey de coton blanc, très épais, qui me pertemettra de faire des t.shirts de travail pour mon boulanger-pâtissier de fils. Mon grand m'a annoncé qu'il n'achèterait plus de t.shirts et me laisse carte blanche.... outre le fait que je suis honorée de sa confiance, je suis très heureuse de me dire que ma machine va trouver une utilité certaine...

TS11Bonne fin de semaine à toutes et à tous...

Je vous laisse avec mes zèbres...

Senami

Posté par senami à 09:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2017

Chemise Reina (la Mutante)

reina3-1La chemise Reina, de Pauline et Alice me plaît décidément beaucoup... Celle-ci est cependant bien modifiée : si j'ai gardé l'esprit du modèle pour le corps, les manches sont différentes, ainsi que le jabot. Revue de détails.

reina3-5J'ai ajouté un jabot à la chemise, qui court tout autour de l'encolure. Il a donc fallu que je modifie également la parementure, initialement prévue pour s'arrêter à la pointe du décolleté, puisque sur le modèle d'origine, il y a un col. J'aurais renoncé à ce tissu, une viscose très fluide, sans l'aide de ma surjeteuse qui m'a permis de faire un ourlet rouloté sur les bords du jabot, et un fronçage parfait.

reina3-3L'ajout de petits boutons de ma réserve souligne bien l'encolure. Et non, le cinquième n'est pas cousu en décalé : il s'agit de perles montée sur une tige en métal, et au moment de la photo, le dernier s'est orienté de façon fantaisiste... Il fait soleil dehors, mais je vous assure que les températures plus que frisquettes ne m'incitent pas à recommencer le cliché.

reina3-2Comme je n'ai pas modifié le corps, l'empiècement dos en pointe est conservé. Les fronces discrètes apportent une jolie ampleur à la chemise portée.

reina3-4J'ai supprimé les poignets mousquetaires (très jolis au demeurant) de la chemise, et j'ai coupé les manches au milieu de l'avant-bras, en ajoutant un poignet volanté. En raison du tissu, tout de même fort léger, c'est un vêtement destiné à être porté en demi-saison, pas vraiment en hiver. Exit donc les manches longues...

reina3-7Mon interprétation de ce modèle me ravit. Il est vrai qu'une fois qu'on a un patron, il est difficile de refaire la même chose plusieurs fois sans se lasser. Et il est tout aussi dommage de laisser le modèle dormir sur une étagère. Y ajouter sa touche personnelle est gratifiant, tout en conservant la sécurité du patron de base. Je veux bien prendre des risques, mais mesurés quand même... Je suis consciente de mes limites. Ma nouvelle machine m'ouvre des perspectives inattendues, car j'avais renoncé depuis longtemps à ce type de tissus, difficile à travailler pour la couturière amatrice que je suis.

reina3-8Je vous embrasse, à très bientôt.

Senami

 

 

Posté par senami à 09:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 avril 2017

Opération récup'

rangement5Surchauffe à l'atelier, j'ai d'autres délires couturesques à vous présenter, mais je fais un intermède bricolage d'urgence à l'arrache à 22h00 le soir....

rangement1L'arrivée de ma surjeteuse=recouvreuse s'est accompagnée d'accessoires qu'il faut ranger. Au début j'ai opté pour une série de paniers empilés, mais j'ai bien vite compris qu'il fallait faire autrement, pour avoir tout sous la main rapidement, sans en étaler partout.

rangement2Opération récup' : ce caisson à tiroirs traîne dans la maison depuis une petite vingtaine d'années, d'abord comme table de nuit des mes Grands, puis comme truc-à-tout-faire ici et là. Je n'ai pas pris les photos du "avant" et c'est regrettable : vous auriez profité des élans picturaux de mes Grands quand ils étaient encore en petite section, et de leur trait de crayon imprécis.

rangement3Et puis je suis une maniaque des papiers peints. Il faut dire qu'aujoud'hui on en trouve de vraiment très beaux. Je ne ressors jamais d'un magasin de bricolage sans mes échantillons, que je trouve toujours à réutiliser. Celui-ci reprend un motif très en vogue, celui des carreaux de ciment des maisons anciennes.

rangement6Quelques coups de pinceaux plus tard, voilà mon bloc tiroirs qui reprend du galon et fière allure : les tiroirs sont vert tendre (pas flagrant sur ces clichés pris de nuit), le tour gris souris, en accord avec les carreaux de ciment. Il me reste à peaufiner tout ça, poncer les tiroirs, passer une couche de vernis pour les protéger. J'ai tout rangé en attendant deux ou trois jours, et les finitions ne sont pas top, mais vous aurez saisi l'essentiel. Maintenant, quand j'ai besoin d'un accessoire, il me suffit de prendre le tiroir et de le transporter jusque sur ma table de travail, pour tout remettre en place ensuite.

Je vous laisse à votre soleil, car il semble qu'aujourd'hui il soit généreux sur l'hexagone...

Bon dimanche.
Senami

Posté par senami à 14:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

02 avril 2017

Une Bruyère au Printemps

bru10Et de trois chemises... Voici la Bruyere, de Deer and Doe. J'ai acheté le patron il y a presque deux ans. Si, si... sorti souvent, rangé tout autant, sans m'expliquer pourquoi. Et puis j'ai trouvé : j'étais gênée par les pans arrondis des basques du modèle original, et sa longueur. Je dois m'asseoir et me relever à peu près cinquante fois en une heure, avec toutes les chances de me retrouver avec une jupette froissée et ayant épousé la forme de mon postérieur.

bru5 J'ai par conséquent apporté quelques petites modifications : raccourcissement de la partie sous la ceinture. Je n'ai laissé qu'une longueur de 20 cm.

bru6Comme je suis assez grande, avec un buste plus long que la moyenne, j'ai abaissé les pinces de poitrine de 1 cm. Les photos prouvent que ce n'est pas suffisant. Je pense que je peux les abaisser d'un ou deux cm supplémentaires.
Le buste est rallongé en tout de deux cm pour que la ceinture tombe bien sur la taille, et non sur les côtes comme cela m'arrive souvent.

Pour le reste, absolument aucune difficulté : le modèle est parfaitement dessiné, tout s'emboîte parfaitement, et même l'épreuve des poignets à fente capucin s'est faite en douceur. C'est bien expliqué... et j'ai dû faire des progrès.

bru3En voyant les photos, je sais maintenant pourquoi j'ai tout de suite aimé ce modèle. Il dessine une jolie silhouette, et est à mi-chemin entre la chemise classique et la tunique.
... il y a quand même un pli qui ne devrait pas être là au milieu... là... sous la ceinture...

bru8Le tissu : un très joli coton, blanc ton sur ton, avec ces petits grains de riz... Il est très frais, et se travaille bien. Je le marie avec un jean, pour ne pas vous laisser penser que je sors du Couvent des Oiseaux.

Vous n'avez rien remarqué ? RIEN ?

Eh eh... En panne de machine à coudre, je travaille avec un vieux coucou bien brave, mais qui ignore la grammaire des boutonnières. Alors en attendant que ma MAC revienne de son congé maladie, j'ai triché en mettant des boutons pression, et en cousant de jolis boutons de nacre par dessus.
Pour vous dire la vérité, je n'ai pas vraiment cousu cette chemise avec mon vieux coucou, mais avec la merveille offerte par l'Homme Idéal : une surjeteuse/recouvreuse, qui s'enfile toute seule... Le rêve, quoi... avec des finitions impeccables, si belles qu'on voudrait presque mettre la chemise à l'envers...

bru11Alors il a eu son t.shirt, en belle maille fluide et lourde, gris chiné, une merveille issue de surplus d'un grand couturier. Et comme l'Homme Idéal a des pudeurs de donzelle, vous n'aurez pas le vêtement porté... juste en photos.

bru13Matez moi ces finitions, réalisées (presque) le finger in the nose. Quand on y pense, c'est tout de même un comble : faire du DIY pour s'entendre dire : "oh on dirait un qui sort du magasin"...

J'ai encore du chemin pour dominer la bête de course qui trône maintenant dans l'atelier, mais je sens qu'entre elle et moi, ça va être une longue histoire...

Bonne fin de dimanche...

Senami

Posté par senami à 19:46 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


25 mars 2017

Chemise Reina (version Paresseuse)

reine8Si vous me suivez depuis un certain temps, vous aurez constaté que j'ai la manie des séries, et la chemise Reina, de Pauline et Alice, ne fait pas exception à la règle. 

reine12

Même modèle, donc, mais j'y ai quand même apporté mon petit grain de sel. 

Le tissu tout d'abord : un coupon de lin glacé, d'une merveilleuse couleur chocolat noir, attendait que je m'occupe de lui. Et puis il y avait cette jolie dentelle assortie, extensible siouplait. Vous verrez pourquoi cela a son importance. 

reine1

Le tissu en lui même m'intriguait. Très (très) glacé, il était un peu raide. J'ignore par quel traitement on aboutit à ce résultat, mais c'est intéressant. Du coup le lin se froisse beaucoup moins à l'usage. J'ai porté ma chemise deux jours, et je n'ai pas eu à déplorer qu'elle ressemble à une serpillère chaque soir. 

reine10

Le lin était presque raide au moment de le coudre, mais après un passage en machine, sans rétrécissement, il a perdu de son brillant, et donne ce résultat. 
La dentelle maintenant : pour le haut du dos, j'ai fait la doublure en lin, et je n'ai mis la dentelle que sur l'extérieur. Comme elle est extensible, je ne voulais pas que la chemise s'élargisse au fil de la journée. 

reine4

Passons à l'explication du sous titre : la paresseuse. Je n'ai pas refait le système de boutonnière du modèle original, tout simplement parce que je me doutais bien que retourner un biais avec ce tissu serait mission impossible. J'ai donc réalisé le modèle comme prévu, mais en cousant les devants, réalisant ainsi une fausse patte de boutonnage. Il ne restait plus qu'à trouver des petits boutons dépareillés, et le tour était joué. 

reina15

Les poignets : j'ai sauté l'étape des fentes de poignet, et me suis contentée de les réaliser dans ma dentelle extensible, sans ajout de lin cette fois. Il m'a suffi de rajouter des boutons à chaque poignet, mes mains passent sans difficulté et ... j'ai quand même gagné du temps. 

reine11

Ce qui fait le charme de cette chemise est intact : l'encolure originale, la forme générale, les poignets longs, le joli tomber du dos... La prochaine fois (il y en aura une, c'est sûr...) je diminuerai un peu les manches au niveau des épaules (l'embu ?) pour éviter les fronces. Mais à part ça... rien à redire. J'en ai eu beaucoup de compliments au travail, avec des réactions intriguées vis à vis du tissu en lui même. Il semble que la combinaison lin et dentelle plaise...

Vous l'aurez constaté, le soleil se montre généreux, le ciel est bleu et les petits oiseaux n'en peuvent plus de gazouiller...

Bon week end à toutes et à tous.

Senami

 

 

Posté par senami à 09:34 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2017

Chemise Reina

reina1J'avais beaucoup aimé le paletot Ninot de Pauline et Alice, j'ai récidivé avec la chemise Reina. Séduite par le détail des poignets, je dois vous avouer que je ne savais quand même pas très bien où j'allais. 

reina2

L'occasion faisant la larronne, j'ai associé le patron de cette chemise avec un tissu en crêpe assez épais. Bien m'en a pris : il est lourd, ne se froisse pas, et du fait de son poids, tombe très bien, mettant en valeur les plis du dos et la forme des manches, joliment resserrées par des poignets longs et boutonnés. 

reina5

Pour ne rien gâcher, ce tissu se travaille très bien, ne nécessite pas de surfilage (même si j'en ai fait un quand même pour la propreté du travail), et est chaud. Ce n'est pas un détail étant donné que je passe en quelques secondes de mon bureau relativement bien chauffé aux couloirs du palais des courants d'air...

reina4J'aime beaucoup l'encolure, originale, les finitions demandées, le travail des manches... bref, je suis conquise. Petite sueur froide quand même au moment de réaliser le cordonnet qui servira pour les boutonnières : heureusement, on commence par ça, ce qui fait qu'on se dit : "ayé, j'ai fait le plus dur" (oui parce que même avec un retourne biais, ce n'est pas facile à faire... j'ai dû recommencer deux fois). Sauf que le plus délicat quand même c'est le montage des poignets, en tenant compte des fronces, des boutonnières, et du fait que les poignets sont doublés et les coutures invisibles. 

reina10

Pas de panique : tout est très très bien expliqué par Pauline, qui accompagne chaque étape. Il faut être méticuleuse, appliquée et concentrée (traduction chez moi : le matin de bonne heure et dans le silence). Une fois terminés, j'ai constaté qu'ils étaient ajustés au millimètre. Autre détail : allez donc ôter ou boutonner ces boutons, vous... j'ai beau être presque ambidextre, il reste que cela pose quelques problèmes, sauf si vous disposez d'une camériste ou d'un conjoint-enfant-voisin-chat habile de ses mains et surtout disposé à intervenir quand vous avez besoin de lui ou d'elle. Heureusement, mon tissu est légèrement élastique, et me permet de passer les mains sans trop de problème, tous boutons boutonnés. 

reina8

J'ai aussi décidé de fermer définitivement le devant, l'encolure étant bien assez large pour y passer la tête. 

En regardant les photos, je me rends compte que mon tissu hésite entre le bleu canard et le bleu nattier, en passant par le vert profond. Vous aurez noté au passage mon audace inouïe : je n'ai pas utilisé de marron ou un de ses dérivés, non, je suis allée vers la couleur... et j'en suis très contente. J'ai eu beaucoup de compliments sur le choix de la teinte. Quant à la chemise elle-même, mes collègues étaient convaincues que je l'avais achetée, en me demandant "où". Et c'est là que la fille se la pète en frimant, et en disant : naaan... c'est moâ...". Même ma fille a émis clairement le désir d'avoir la même... c'est vous dire.

Deuxième patron de Pauline et Alice, deuxième enthousiasme sans restriction. J'aime l'originalité du modèle, et les difficultés techniques qui m'auraient rebutée a priori passent toutes seules avec l'aide des explications. J'ai encore beaucoup appris. Merci Pauline. Maintenant je pense que je vais me laisser tenter par la robe Seda.

reina1

Dernier détail : ma MAC m'a lâchée à ce moment. Une visite en réparation s'impose mais... en attendant ? C'était sans compter sur mon Preux Chevalier qui a enfourché son destrier et est revenu au triple galop avec une remplaçante trouvée sur LBC. Cela étant, je suis passée de la voiture dernier cri automatique à la 2 CV : il m'a fallu réapprendre à conduire. Elle fait le point droit et le zig zag et c'est presque tout. Malgré tout, c'est une brave fille robuste, fiable, et elle m'a accompagnée sur ce projet avec brio. 

Bonne fin de dimanche à toutes et à tous.

Senami

 

Posté par senami à 10:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2017

Ninot...

ninot2Lorsque je l'ai vu sur son site, j'ai eu le coup de coeur absolu pour le Ninot, de Pauline et Alice. Et là j'ai joué les copieuses, j'ai pris le modèle tel quel, presque la même couleur, fourrure (fausse...) comprise.

ninot1Le tissu : un drap de laine acheté à Paris il y a peu, un coup de coeur aussi. La teinte est proche de celle sur ces clichés, entre le vert amande et le vert céladon. Quant à la fourrure, juste un petit morceau qui a à peine été suffisant pour le col et les manches. Mais j'y reviendrai.

ninot5Quelques détails techniques et une première pour moi que ces poches passepoilées. Je n'en avais jamais fait, et forcément, cela me faisait peur. Pourtant, avec les indications précises de Pauline, les tutos détaillés et clairs de son blog, tout s'est passé en douceur. Malgré tout, il vaut mieux s'entraîner avant sur un morceau de tissu.

ninot4Même chose pour les boutonnières passepoilées. Là encore j'ai dû faire plusieurs essais sur des chutes avant que le résultat ne ressemble à quelque chose. Et là encore merci à Pauline et Alice, à leurs tutos qui permet un pas à pas clair. La seule difficulté que j'ai pu éprouver tient à la nature du tissu que j'ai employé et qui est plus épais que celui préconisé.

ninot8L'épaisseur de ce drap de laine opposait quelques résistances : j'ai choisi de marquer les coutures par des surpiqûres qui ont maintenu les marges de coutures en place et ont apporté une jolie finition à l'ensemble.

Quelques erreurs maintenant : comme préconisé dans le livret d'instructions, j'ai entoilé les deux devants. Mais peut être parce que le tissu est déjà épais, ou parce que j'ai utilisé un entoilage trop rigide, les devants semblaient littéralement cartonnés. Une catastrophe. Je me suis armée de mon fer à repasser, et petit à petit, à la vapeur, j'ai décollé l'entoilage. Cela s'est fait sans trop de mal mais je pense que le drap de laine a souffert quand même...

ninot7Après avoir soigneusement réalisé mes boutonnières passepoilées sur les deux morceaux des devants (devant et parementure), j'ai compris que j'avais fait une erreur dans l'espacement des boutonnières. Je suis longue de buste, et connaissant cette particularité, j'ai modifié la longueur du paletot. J'ai quand même ajouté... 12 cm. Et donc j'ai déplacé la poche (laquelle se serait retrouvée sinon juste sous la poitrine) et modifié l'espacement des boutonnières. Ma bévue ne se voit que lorsque j'ouvre mon manteau. Ouf.

ninot9Je me suis appliquée à être une bonne élève et à respecter les indications du modèle, mais j'ai quand même ajouté mon grain de sel. J'ai toujours regretté l'absence de poches intérieures sur les manteaux de femmes. Bien sûr nous avons notre sac chéri, mais il arrive qu'on ait envie d'avoir les mains libres sans avoir à se cramponner audit sac pour éviter l'intrusion de mains indélicates. Alors j'ai piqué l'idée chez les messieurs, et même deux fois puisque j'ai réalisé deux poches en appliquant la technique de la poche passepoilée. Comme ça je pourrai mettre à l'abri téléphone et argent sonnant et trébuchant à ma prochaine virée au marché aux tissus...

ninot10Profiter d'un maigre rayon de soleil et de la disponibilité de mon photographe relève de l'exploit... La teinte du manteau est plus bleue que dans la réalité mais vous aurez saisi l'essentiel. Mon manteau est fermé par de gros et très beaux boutons de nacre, maintenus au revers par un petit bouton vert.

ninot13Le pli creux dans le dos est très joli et tombe parfaitement. Bon, vous me pardonnerez les plis disgracieux, dans ma chasse au rayon de soleil normand, je n'ai pas pris le temps de défroisser le tissu.

La pose de la fourrure n'a pas été forcément très facile. Pour le col j'ai demandé de l'aide à la créatrice, et Pauline m'a répondu dans la journée, avec beaucoup de gentillesse et de clarté. C'est vraiment ça qui est génial d'utiliser des patrons de créatrices qui peuvent nous répondre (j'ai déjà fait l'expérience avec Deer and Doe, avec Ivanne Soufflet). Merci Pauline...

ninot16Je suis absolument et résolument ravie de ce manteau : j'ai beaucoup appris, techniquement, en prenant le temps de coudre étape par étape. Il faut suivre attentivement les instructions et tout va bien. J'ai personnellement choisi d'acheter le patron en pdf. Je sais bien que beaucoup considèrent cette étape comme rébarbative, mais en ce qui me concerne, scotcher les feuilles les unes aux autres me donne le temps d'apprivoiser le patron, de lire les annotations tranquillement.

En un mot comme en cent, je suis prête à recommencer, en utilisant un tissu plus léger pour une version printannière. Les compliments reçus lorsque je l'ai mis dès le premier soir confirment mon choix de couleur et de style.

J'espère que ce modèle vous plaira et vous donnera envie de le réaliser. Allez y et ne soyez pas effrayées par les apparentes difficultés techniques. Si j'y suis arrivée...

Bon dimanche à toutes.

Senami

Posté par senami à 21:53 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

24 février 2017

Mateau Pavot

pavot3Je vous l'avais promis, après la cure de désintoxication au Plantain, nous passons à quelque chose d'un peu plus... corsé. On reste dans les plantes, et on passe au manteau Pavot, de Deer and Doe. J'en aime la coupe un peu rétro, ajustée, et que je porte à mi-longueur. Ici porté par mon alter ego, vous aurez une idée de sa couleur réelle.

pavot4Le voici porté en extérieur, nous avons profité d'un rayon de soleil. La teinte est plus saturée, mais vous verrez sans doute plus aisément les détails.
Le tissu : j'ai acheté (au moment des soldes) un grand coupon de laine marron foncé. Je n'étais pas rassurée à l'idée de me lancer dans l'aventure, d'autant que j'ai pris très vite la décision d'y adjoindre une doublure en taffetas.

Les défis techniques, enfin à mon niveau, étaient intéressants : les poches doublées (on les aperçoit ici) et bien entendu, le dessin de la doublure en tenant compte des parementures, puisque la doublure n'est pas prévue sur le modèle d'origine.

Je veux saluer ici les explications très claires de la créatrice de la marque, qui rend accessible à des couturières amatrices des pièces de vêtement a priori inaccessibles.

pavot2J'ai choisi la taille 40, sans modification notable. Tous les morceaux du puzzle s'ajustent parfaitement, et j'apprécie le fait que les marges de couture soient intégrées. Cependant, je ne peux pas mettre ce manteau avec autre chose qu'un t shirt ou un chemisier. Peut être aurais-je dû choisir une taille 42 pour le buste mais finalement, le fait que le vêtement soit ajusté me plaît bien. Ca tiraille quand même un peu au niveau du bouton de poitrine...

pavot10J'aurais sans doute dû suivre les instructions de la créatrice, et entoiler le col qui est un peu mou. Cependant il se pose bien. Je pense que je ferai de nouveau ce modèle, en suivant les préconisations quant au tissu, et dans ce cas, peut être sans doublure.

pavot8Le dos est très joli aussi. J'avais quelques craintes au sujet des manches un peu froncées, mais cela donne à l'ensemble un petit air Jane Austen qui me ravit.

pavot9Coup de coeur pour ce taffetas aux teintes chaudes, changeantes et soyeuses à souhait.

Le contraste avec la couleur chocolat du manteau est très visuel. Du coup j'ai fait des boutons recouverts avec le même tissu, pour fermer le manteau et pour orner les manches. Au début je vous confesse que je redoutais tellement une maladresse de ma part que je n'ai pas osé faire de boutonnières, en les remplaçant par des boutons pression. Mais... je trouvais ça quand même assez disgracieux, je ne voyais que ça quand le manteau était ouvert. Alors je me suis lancée, et je m'en suis bien tirée.

pavot7L'ajout de ces boutons donne à ce manteau des allures de redingote, non ?

La confection de la doublure m'a posé quelques problèmes au départ, la question étant simple : comment faire ? Alors j'ai fait un deuxième manteau dans la doublure, posé les parementures par dessus et découpé les surplus du tissu de doublure. Il ne restait plus qu'à coudre... Je ne l'ai pas fixée en bas, après une première tentative malheureuse.

Maintenant devant les demandes d'un public en folie je vous offre quelques photos d'un Plantain de l'article précédent, car vous me l'avez demandé... porté.

pavot12Je ne m'en lasse pas, et le porte volontiers avec mon nouveau manteau. Il est passé plusieurs fois à la machine et supporte l'expérience sans broncher.

pavot14Un immense merci donc à Deer and Doe. J'ai commencé à coudre comme beaucoup en m'aidant de livres de couture japonnais. Je les ai tous gardés mais il faut reconnaître que les modèles, seyant sur les mannequins, ne sont pas tout à fait adaptés à ma morphologie, et je ne dois pas être la seule !

L'autre très grand avantage d'avoir recours à ces créatrices (françaises pour moi, pour des raisons de commodité) c'est qu'elles sont disponibles. J'ai testé pour vous : il suffit de leur envoyer un mail et vous avez une écoute attentive, et une réponse efficace. Tout simplement magique !

pavot16Une dernière photo pour la route : les deux vêtements s'accordent très bien, et surtout, je m'y sens tellement à l'aise...

Bonne fin de semaine.

Senami

 

Posté par senami à 13:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2017

phytothérapie : Plantain (dimanche)

phyto7-1Nous voici rendues au terme de votre phytothérapie de choc, cure de désintoxication des grandes enseignes, et traitement en douceur pour affronter les dernières semaines de l'hiver qui, déjà, cède du terrain.
Ce Plantain-là, justement, est fait pour le printemps. Vous allez découvrir pourquoi.

phyto7-4Ce Plantain-là est paré de toutes les vertus, au nombre desquelles le désir de vider mon armoire et d'utiliser les restes. Vous savez, comme quand on fait un repas de fond de frigo parce qu'on est à court d'idées et que le ravitaillement n'a pas été fait dans les temps ? Alors on se tourne vers ce qu'on possède déjà, on y ajoute une once d'imagination, on saupoudre de persuasion et parfois, on obtient quelque chose de grandiose.
Je n'irai pas jusque-là avec ce Plantain, mais j'avais effectivement une chute de jersey à rayures, bien trop petit pour envisager un débardeur... ce que je ne porte quasiment jamais. Et puis il y avait ce morceau de dentelle, lui aussi trop petit pour être utilisé seul.
Alors... j'ai mixé les deux.

phyto7-2Une chute de galon de lin traînait pas là, idéale pour dissimuler la couture, et pour trancher sur les teintes pastels du vêtement. Un petit noeud et une perle soulignent l'encolure. Dès le départ cependant je me suis posé la question de la compatibilité des tissus, ma dentelle n'étant pas extensible.

phyto7-6Tant pis, advienne que pourra, je me suis lancée. Le dos et le devant ont donc le haut du vêtement en dentelle crème. Les rayures du jersey ont été les bienvenues pour m'aider à couper droit.

phyto7-3Même en coupant de cette façon, il ne me restait pas assez de tissu pour les manches. J'ai dans un premier temps tenté de rallonger ma manche avec des chutes en dissimulant la couture avec la dentelle, mais ce n'était vraiment pas joli. Alors j'ai fait un entre-deux avec la dentelle, justement, ce dont je suis ravie car c'est vraiment très joli à porter. Vous comprenez maintenant pourquoi ce Plantain est fait pour le printemps, sans gilet ni veste qui pourraient cacher ces manches.
Le fait de raccorder du jersey avec un tissu non élastique n'est pas l'idée du siècle, mais ça passe. Il me faudra veiller à ne pas prendre mes fameux trois grammes (décidément, ça va devenir un obsession... en même temps ça stimule !) mais ce Plantain est vraiment joli à porter.


Nous voici arrivées au terme de ma phytothérapie. J'ai beaucoup appris en travaillant des tissus très différents. Avec ce patron, très bien coupé mais simple, on obtient des résultats très différents.
Auquel va votre préférence ?

Accrochez vous car dans le prochain message, on passe à une plante ... moins innocente.
Bises

Senami

Posté par senami à 08:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :