Meubles peints et compagnie

24 mai 2018

la fille qui ne mettait JAMAIS de robe.

su9La fille qui ne met JAMAIS de robe c'est... moi. A vrai dire, je crois même pouvoir dire que je n'en ai jamais beaucoup porté. Petite fille à l'école maternelle, j'ôtais mes collants, détestais les robes et par la suite, j'ai préféré le pantalon.

su13Difficile de vous dire pourquoi. A la vérité, en robe j'ai tendance à me sentir ... vulnérable. C'est comme ça.Le fait d'avoir un buste plus long que la moyenne ne m'a pas aidée, car j'ai généralement la taille de la robe au niveau des côtes. Peu seyant.

su1Pourtant il m'arrive souvent de rêver d'en porter en regardant ce que vous faites, les filles, sur vos blogs. J'ai acheté le patron Sureau (Deer and Doe) il y a un moment déjà. La robe alors réalisée était trop grande pour moi, en particulier pour le buste.

En allant me perdre dans les magasins de tissus à Paris, j'ai vraiment mais alors VRAIMENT craqué sur un coupon de crêpe de soie. Le prix (45 euros) me l'a fait reposer plusieurs fois avant de le prendre sans savoir qu'en faire. J'ai repensé à la robe Sureau : étant donné le prix du coupon, il valait mieux parier sur une valeur sûre. J'ai bien étudié les conseils pour réduire mon encolure. Même en rabotant deux centimètres de chaque côté  sur une taille 40, j'ai dû tout redémonter pour faire de petites pinces et réduire encore.

su11J'ai ajouté une ceinture par rapport au patron initial, qui raccorde la jupe sur le corsage. Outre qu'il me manquait des centimètres, je trouvais joli de structurer un peu plus le vêtement. Je me suis même amusée à réaliser une fausse ceinture, avec une boucle de récupération. Je suis tout à fait satisfaite de cette modification. Quant à la longueur, il est inutile de préciser que je l'ai très très nettement augmentée. Impossible pour moi de porter des robes au niveau du genou : ma carnation de rousse fait du mot "bronzage" un mot étranger et un doux rêve inaccessible.
su8Des sous-vêtements adaptés (merci maman !) et surtout un jupon ont été indispensables pour porter cette robe aujourd'hui, jour spécial dans mon établissement scolaire où était organisée une "journée de l'élégance" : il fallait que mon vêtement soit boulot-compatible. Et il continuera de l'être car je porterai cette robe souvent.

IMG_3733Coiffure soignée de rigueur ! J'étais très heureuse de voir mes élèves se mettre sur leur 31, rivalisant d'astuces pour apporter à leur tenue quotidienne la petite touche élégante, dans le vêtement et dans l'attitude. Les filles ont beaucoup aimé ma robe.

Je vous souhaite une belle soirée

Senami

 


Posté par senami à 21:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 mai 2018

Hoya en Liberty

ho3Dans le précédent article je vous parlais de la fille qui découvre tout après tout le monde (...moi). On continue sur cette lancée et je vais vous parler du Liberty.

ho5C'est un terme que je connais depuis longtemps, d'autant que j'étais petite fille dans les années 70, règne du Flower Power. Pour moi cela désignait surtout les petites fleurs et les imprimés du même ordre, aux motifs très petits et aux coloris nombreux.

ho6Je crois que c'est une erreur assez commune... En réalité, il s'agit avant tout d'un tissu : il suffit de le toucher et de regarder l'étiquette du prix pour comprendre : le coton est tissé si finement qu'il ressemble à de la soie. Il est d'une épaisseur très réduite, fluide et un peu glissant. J'ai mis côte à côte deux tissus assez similaires en termes d'imprimé et j'ai tout de suite vu la différence : par le toucher de toute évidence mais aussi visuellement. Les coloris sont beaucoup plus délicats et les contours des dessins plus précis.

ho2Parlons du prix : je l'ai acheté à presque 27 euros le mètre. Je l'ai vu aussi à Paris au quartier Saint Pierre mais guère moins cher aux alentours de 26 euros. Il va de soi qu'à ce prix (inhabituel pour moi), j'ai choisi un patron qui reste une valeur sûre : la tunique Hoya, de Deer and Doe.

ho9La voici sur mon mannequin qui ne rend pas hommage à la coupe du vêtement. Porté, la tunique HOYA est vraiment très agréable et seyante. Elle tombe parfaitement bien, le patron est limpide, et c'est un vêtement idéal en temps de grosses chaleurs : près des lignes du corps, il n'est cependant pas trop ajusté et permet à la peau de respirer. Le décolleté est seyant, juste là où il faut...ho8

Je l'avais déjà réalisée l'été dernier (ici) dans un coton basique, imprimé lui aussi. Au fil des lavages, le tissu s'est délavé, ce qui semble assez logique. Je verrai bien si c'est le cas avec ce liberty.
Celles qui connaissent le patron de la Hoya auront remarqué l'ajout d'un volant froncé le long de l'encolure et au bout des manches. C'est finalement ce qui m'aura demandé le plus d'attention. Il me restait un peu de tissu, et au prix où il est, je ne voulais pas le mettre au rebus. (je suis submergée par les chutes, les "au cas où"... pas vous ?).
J'ai beaucoup hésité sur le choix du modèle : je ne voulais pas me retrouver avec un chemisier à la Laura Ingalls, il fallait donc un vêtement à la coupe contemporaine, qui mette en valeur l'imprimé. Vous en dites quoi ?

ho1Ce bouquet est pour vous... offert hier par un amie, il est doux et champêtre à souhait, sent bon le jardin et le printemps... Youpi !

Senami




 

 

 

Posté par senami à 11:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2018

avalanche...

pra4Vous la connaissez, la fille qui découvre tout après tout le monde ? Ben elle est là, en photo.

pra1Je commence par le modèle du gilet Cannelle, de Christelle Beneytout. Réalisé dans une maille jersey épaisse dénichée dans le quartier Saint Pierre, ce gilet a été réalisé en finalement très peu de temps, le tout à la surjeteuse. La maille étant vraiment épaisse, ce gilet s'avère bien chaud, même si on ne peut pas vraiment s'envelopper dedans puisque les devants ne se rejoignent pas.

pra3J'en ai réalisé un autre dans une matière plus proche du sweet shirt, donc moins élastique, et j'ai constaté qu'au niveau de la taille c'est tout juste. Je fais un bon 40 et j'ai choisi la taille 42 en lisant les différents blogs à ce sujet. J'ai bien fait car je ne serais pas rentrée dedans. Pour celles qui jouent les gros bras (et je ne suis pas loin de jouer dans cette catégorie), prévoyez de mettre de l'aisance en plus car c'est un peu serré. La conceptrice propose différentes interprétations que je ne vais pas manquer de tester.

pra6Sous ma veste, le t.shirt Plantain, de Deer and Doe, qu'on ne présente plus, et que j'ai tant cousu que je ne fais plus le compte. La maille jersey choisie ici est également assez épaisse, avec une très bonne tenue.

pra5Je me suis amusée avec ma scanncut (Brother) pour découper des personnages de Mary Poppins. J'ai attendu un peu avant de vous en parler car je voulais m'assurer que tout ça passe bien au lavage sans problème. Et c'est le cas ! Bien entendu je n'ai pas été assez casse-cou pour me risquer à l'utilisation du sèche-linge, que je n'utilise de toutes les façons qu'au minimum. Il faut quand même prendre la précaution de repasser sur l'envers du vêtement. Je vous fais grâce du dos où s'envole une nuée de petits oiseaux.

La prochaine étape ce sera sans doute une phrase humoristique...

pra10Un peu plus récent comme patron, voici le modèle Givre, de Deer and Doe. Je n'ai qu'un mot pour le qualifier : génial. Jusqu'alors, je me contentais de réduire l'ampleur du Plantain, mais là on a LE modèle qui permet d'avoir un vêtement qui suit la ligne du corps. la découpe de l'empiècement du haut permet en outre d'utiliser des chutes de tissu en contraste avec le corps.

pra11Ici j'ai choisi de contraster les rayures du tissu même si de dos j'ai la largeur d'une nageuse d'Allemagne de l'Est d'il y a 20 ans. La maille utilisée ici est également épaisse, et donne une belle tenue au vêtement. Les morceaux du patron s'emboîtent parfaitement, un vrai bonheur à coudre ! Attention cependant à la taille : si je fais un 40 pour le Plantain, j'ai dû ici consentir au 42, sans doute parce que le modèle a moins d'aisance. Petit bémol aussi pour l'encolure : je l'ai creusée mais je crois que je le ferai davantage.
Un bel hippocampe découpé lui aussi à la Scanncut orne le devant, le dos a reçu une ancre (que vous verrez un peu plus bas dans l'article).

pra14J'ai également continué à coudre pour mes hommes : mon Grand Grand m'a demandé encore plus de t.shirts... son frère joue les mannequins pour l'occasion. En voici un, dont j'aime beaucoup le tissu. Cette maille fluide et en même pra13
temps de belle tenue donne un côté raffiné et classique au vêtement. Pour le modèle, il s'agit de celui de Christelle Beneytout, issu de son livre pour les hommes. Une fois le patron réalisé, il se monte assez vite, et je le fais entièrement à la surjeteuse. Les surpiqûres que j'ajoute quasiment partout rallongent le travail mais donnent une jolie finition et stabilisent les coutures.

pra12J'ai également testé un modèle dans le hors série de Maison Victor et consacré aux messieurs. Excellente revue, dont les modèles actuels remportent les suffrages. Du coup j'ai beaucoup de commandes à honorer...

pra15Un autre exemple de ce modèle, mais je dois dire qu'en ce moment je couds plus vite que je ne publie d'articles...A peine ai-je fini que le vêtement part chez mes garçons, je n'ai pas beaucoup de temps pour prendre des photos.


Cet article aura été un peu long, mais je voulais me rattraper de mon silence pendant quelques temps : difficile d'être à la fois devant la machine et devant l'ordinateur.

Belle et bonne journée.
Senami

 

 

 

 

 

 

 

 



23 avril 2018

Cuba

TSGillou3Non, contrairement à ce que vous pensez je ne suis pas à Cuba...

TSGillou6... mais lorsque j'ai vu ce tissu, j'ai pensé immédiatement à mes fils. Ce panneau a vraiment été un coup de coeur, ses couleurs sont au diapason du temps ce week-end. Les teintes fleurent bon les vacances d'été.

TSGillou4Sur la bête, ce n'est pas mal non plus... Pour le patron, j'ai repris celui que je fais toujours (je songe quand même à me renouveler), le t.shirt à col rond du livre de Christelle Beneytout, Casual wear pour hommes.

Le tissu se vend au panneau et je vais vous présenter le dos, mais en ce qui concerne la quantité de tissu, franchement, c'est juste. Je n'ai fait qu'une taille 42, et pourtant il ne me reste que des lambeaux. J'ai dû ruser pour faire le col. Force a été de piocher dans le stock de jersey, mais le vert que j'ai choisi s'harmonise bien avec le reste. (prix du panneau : environ 20 euros).

TSGillou5Le dos est très chouette aussi, et l'ensemble mérite d'être découvert. Mon Grand Grand est ravi, mais je savais déjà que ce type d'imprimé lui conviendrait. Le tissu est un jersey acrylique, je n'en suis pas certaine, mais ce n'est pas du coton. L'an passé j'ai déjà utilisé cette matière (souvenez-vous clic ).
TSGillou2Je peux donc affirmer que ce tissu est de bonne qualité, que les teintes résistent aux lavages... et à la vie mouvementée qui est la leur.

Etant donné que mon Grand Grand était là, qu'il m'a proclamée officiellement Grande Pourvoyeuse de T-shirts, j'en ai profité pour vite vite lui en faire un autre. Le tissu est à rayures menthe-chocolat, et j'ai joué de ma Scanncut pour y ajouter de petites étoiles en kibrille.

TSGillou1Il y en a devant, dans le dos et sur les bras. Le modèle est tiré du même livre de Christelle Beneytout, mais avec une encolure en V.

TSGillou8Je vous laisse pour aujourd'hui en vous souhaitant une douce et belle semaine.

Le temps fut si doux ces derniers jours qu'en quelques heures, le lilas est passé du stade des bourgeons de fleurs à des fleurs quasi épanouies... Je vais guetter l'arrivée des pluies pour le cueillir avant qu'il ne se gâte.

Je termine en vous indiquant que j'ai cédé aux sirènes d'Instagram, où vous pouvez me retrouver en tapant : atelierdesenami.

A très vite.

Senami

 

 



Posté par senami à 08:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2018

un peu de kibrille ?

TeeS9J'aurais voulu publier plus vite, plus tôt, et pendant qu'on  y est, si je pouvais avoir des journées de 48 heures, ça ne me déplairait pas...

TeeS1Je suis revenue à la couture (entre deux fournées de macarons), avec l'idée depuis très longtemps de pouvoir jouer avec les tissus bien entendu, mais aussi avec des motifs additionnels. Ma machine infernale (la scanncut) permet de répondre à cette attente, et je commence doucement à l'apprivoiser.

TeeS4Je ne voudrais pas que mes propos prêtent à confusion : c'est une machine intuitive et simple d'utilisation, mais j'ai envie d'aller au delà du simple découpage de papier. Le motif gentiment offert par le site La cocotte à carreaux m'a tout de suite plu. J'ai acheté du flex (plastique à effet doré, pailleté etc... qu'on découpe et qu'on fixe au fer) très très brillant, et réalisé mon diamant. A condition d'être précautionneuse et de bien suivre la procédure, c'est facile.

TeeS3Pour le t.shirt, j'ai repris mon patron (lui aussi offert) par Deer and Doe, acheté ce joli coton à rayures, et zou, le tour est joué ! Je l'ai entièrement réalisé avec ma surjeteuse-recouvreuse, avec des finitions impeccables.

TeeS7La teinte réelle est plus rose que corail, et je ne suis pas assez experte pour prendre de jolies photos en selfie, il faudra, mes amies(s) vous contenter de cette dernière... L'utilisation de la scanncut me donne dix mille idées à la seconde en plus de me permettre d'élaborer de très jolies boîtes à macarons, raffinées et délicates comme des boîtes à bijoux. mac3Mes collègues me passent des commandes, et m'en redemandent, ce qui me ravit au plus haut point, quoique cela soit très envahissant, comme occupation. Même les chérubins s'y mettent, c'est vous dire. Là vous avez ceux au chocolat fève-tonka, caramel beurre salé, et café.

mac3Ici sans doute mes préférés : violette-réglisse. Le dosage est délicat, et ne doit pas permettre à la réglisse d'anesthésier les papilles, quant à la violette, elle doit se faire discrète et jouer en sourdine, mais une fois assemblées ces deux saveurs, on obtient un résultat très léger, qui se révèle pleinement après quelques minutes... un enchantement.

mac3Et puis, mon Grand Grand a fêté ses 27 printemps. Délicieux instants partagés en famille avec ses amis. Pour le dessert, des macarons surprises, aux couleurs du club de son club de foot favori s'imposaient. Je vous laisse deviner lequel... Si j'ajoute qu'il y a de l'anis dans la ganache au chocolat, ça vous aide ?

J'aimerais vraiment partager tout cela avec vous, et je n'ignore pas que cela vous tenterait bien... alors si vous passez par la Normandie, vous ne manquerez pas de venir les goûter ?

Belle et douce semaine.

Senami

 

 

 

 

 


26 mars 2018

macaonnite aigüe

scan12La lecture de mon précédent post a confirmé s'il en était besoin que le macaron déchaîne bien des passions... Moi je me régale à le cuisiner, le voir lever dans le four, mais ce qui me séduit chez lui, au delà du goût, c'est le jeu des couleurs et de l'esthétique.

scan11Alors je macaronne sans retenue. Les puristes me feront remarquer que le terme macaronner correspond à un geste et un moment bien particuliers dans l'élaboration du macaron. C'est vrai mais il faut bien que je trouve un vocable qui résume ce qui occupe tant mes mains en ce moment.
Si vous me suivez, vous avez deviné que je suis un brin monomaniaque, et quand je découvre un nouveau joujou, j'aime bien l'explorer autant que je le peux avant... de passer au suivant.

scan13Si le macaron est exclusif, exigeant et capricieux, il est aussi très photogénique. Il aime d'ailleurs se mettre en lumière, briller par son apparence autant que par son goût. Pour cela il doit être rond, lisse, brillant et généreux en garniture. L'expérience sensorielle qui consiste à fermer les yeux de bonheur en éprouvant le craquant délicat de la coque et le fondant de la garniture est une autre aventure, que je ne peux partager hélas qu'en photos. Reste que je me suis bien amusée dans le silence de l'atelier à assembler les couleurs et à capter l'éphémère souffle de la bougie à peine éteinte...

Du coup, des macarons, j'en distribue autour de moi. J'ai élargi la palette des couleurs, et je vous assure que je m'amuse comme une gamine à mélanger les pigments pour obtenir (ou pas !!!) la teinte exacte que je voulais... Il faut rendre le doré du caramel, le velouté du chocolat, la vitalité du citron...

scan5Je ne parlerai pas ici de la difficulté de l'épreuve de la poche à douille... Maîtriser la pression, penser au geste en même temps que les deux mains effectuent des tâches différentes... avec un seul cerveau, pas toujours simple.

scan3N'allez pas croire que tout a été facile. Je ne vous ferai pas le récit de mon désespoir de cuisine à regarder mes coques, si jolies, si rondes, se fendiller inexorablement. A désespérer, je vous assure. La victoire finale n'en est que plus belle, mais elle se laisse désirer.

scan1Je vous l'ai dit : j'aime le macaron autant pour son goût que pour son allure décidément décorative et ludique. Aussi était-il inconcevable de ne pas trouver un écrin à sa hauteur. Pas question d'acheter tout fait : ça coûte un bras (et les macarons tout le reste), et ce n'est pas du jeu ! Je savais très exactement ce que je voulais comme résultat final, restait à travailler et à chercher. Ma scanncut s'est révélée être l'alliée idéale pour réaliser des étuis à macarons, où je peux en placer entre 7 et 8. Chaque contenant se glisse dans le couvercle ajouré.

scan8Il suffit de les placer, de fermer et hop ! On obtient un étui précieux et délicat, en parfaite harmonie avec ce qu'il y a à l'intérieur, et tout à fait présentable, pour offrir ou poser sur la table.

scan2Une étiquette assortie, dans le même papier que la boîte, la liste des parfums à déguster et voilà un bel ensemble à manger des yeux, et à déguster en les fermant, les yeux...

Je suis particulièrement ravie de pouvoir faire tout de A à Z. Pour ce qui est de la scanncut, je commence tout juste à en explorer le potentiel et je suis très loin du compte. Il faut juste de la patience et du temps. Je dois aussi me faire violence car au delà de la simple utilisation, il faut accepter de manipuler l'outil informatique, et c'est loin d'être ma tasse de thé. Mais j'ai une solide motivation, un mari pédagogue et... patient. Il accepte aussi de jouer les cobayes, et est intronisé goûteur officiel. Je ne comprends toujours pas pourquoi il ne proteste pas devant cette nouvelle obligation...

Bonne semaine à toutes et à tous.
Senami


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par senami à 21:10 - Commentaires [13] - Permalien [#]

18 mars 2018

Douceurs de fin d'hiver...

boutis1La France grelotte de nouveau, elle qui avait cru que le chant des oiseaux et quelques rayons de soleil font le printemps... Il fait froid. Nous l'avons tous constaté, raison de plus pour s'offrir quelques douceurs.

boutis3Je continue à travailler le geste du macaron, pour ne pas perdre la main. J'espère encore me perfectionner, mais que j'ai de plaisir à les voir lever dans le four, et m'offrir leur capuchon lisse, brillant et dodu...

boutis4Je me suis amusée ce matin à présenter mon macaron tout chocolat dans une composition qui, je l'espère, rappelle les natures mortes des peintres flamands... enfin, en toute modestie, car eux y passaient un nombre infini d'heures. Moi j'ai finalisé tout ça en un clic !

boutis6Et quand il fait froid, qu'on a préparé un thé bien chaud accompagné de macarons, rien de plus naturel que se glisser sous un plaid... Celui-ci n'est pas terminé.boutis5

Il est constitué de grands carrés de boutis, avec des tissus dans une gamme monochromatique, allant du beige naturel au lin. C'est la première fois que je me lance dans cet exercice...

boutis10Quand je dis "je"... j'exagère un petit peu car je dois bien reconnaître que ma brodeuse est une bonne ouvrière... Rien à voir donc avec le travail d'orfèvre exécuté à la main par des brodeuses passionnées qui voudront bien m'excuser de présenter mon travail.
J'ai appris à molletonner, et actuellement j'en suis à la bordure...

boutis9J'aime infiniment ce résultat, aussi beau à l'oeil qu'à la main. Je pense que mon plaid sera réussi, mais il vous faudra un peu de patience pour le voir terminé, je suis au regret de vous informer que mes journées ne font que 24 heures...

Bon courage à toutes et à tous, belle et bonne semaine.

Senami




 

 

Posté par senami à 18:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mars 2018

Couture à quatre mains

mamie10J'ai déjà réalisé la blouse Dahlia (Dessine moi un patron) pour ma pomme il y a quelques temps et que je ne vous ai pas présentée...

mamie2Ma mère a eu le coup de coeur pour le modèle et son joli col volanté, dont le côté précieux est contrebalancé par la coupe en arrondi du bas de la blouse. Un joli chemisier qui peut donc être porté tant sur un vêtement élégant comme sur un jean au quotidien. La polyvalence de ce vêtement en fait sa force. Je dois souligner au passage que le patron est parfaitement coupé et tombe juste. Un petit bémol cependant : le haut des bras est un peu juste, il faut vraiment avoir des bras plutôt minces. En ce qui me concerne les bras rentrent mais tout juste... mais ce léger défaut se retrouve dans nombre de modèles de couture.

mamie23 - CopieL'empiècement dos est souligné par une couture décorative. Le col est fermé par un bouton pression et orné d'un bouton décoratif dont les teintes et le thème allaient parfaitement avec celui du tissu : le papillon semble converser avec les oiseaux qui annoncent le printemps sur des branches en fleurs.

Le tissu a été déniché dans des chutes chez Toto à Rouen. Petite chute, et il ne restait pas grand chose au bout de la séance de couture à quatre mains.

mamie3Ce joli chemisier a été étrenné et rend vraiment bien porté. Le col en corolle est une trouvaille, n'est pas si difficile à réaliser : il faut  être patient(e) et méticuleux(se) pour monter à la fois le col froncé, le devant de la blouse et la parementure. Pour ma part, à la différence des instructions données, je le fais en deux fois : je pique le col froncé sur la parementure puis je couds l'ensemble.

mamie4 - CopieC'est sans doute un patron que je referai, peut-être en choisissant un contraste entre le col froncé et le corps de la blouse, pour donner l'illusion d'une superposition.

Une couture à quatre mains donc, bien agréable au sein de l'atelier...

Je vous remercie pour les commentaires ... gourmands à propos des macarons du post précédent. A défaut de vous les faire déguster, je vous proposerai d'autres photos...

Bonne semaine

Senami

 

 

 



Posté par senami à 08:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 mars 2018

Macarons

maca3Séquence gourmandise : je n'échappe pas à la folie Macarons.

maca12Je vous passe les étapes préalables au challenge du dressage à la poche à douille... Tamiser la poudre d'amandes, tamiser le sucre glace, les mixer ensemble, réaliser la meringue italienne, puis macaronner avec l'appareil poudre d'amandes/blanc d'oeuf... Je frime, là, maintenant, et pourtant !

maca11Il m'a fallu quand même en passer par le cours dispensé par un professionnel, et surtout douter beaucoup seule ou presque dans ma cuisine, à me désespérer en voyant des craquelures apparaître, ou la collerette en rester au stade du voeu pieux.
Sans sacraliser la chose, le macaron se mérite, il est capricieux (si, si, disons-le), exclusif (pas question de faire autre chose en même temps !) et exigeant (gare à la bévue).

maca17Pour parvenir à ce résultat, j'ai désespéré une bonne dizaine d'heures à douter fortement de mes capacités de compréhension. Mon macaron de gauche n'est constitué que de coques, parce qu'après les coques évidemment il faut réaliser les ganaches.

maca18Cela étant avant même que de le manger, le macaron est addictif. Après avoir dansé la danse de la joie dans ma cuisine, en tablier et la maryse à la main, j'ai cru que je ne pourrais plus m'arrêter d'en faire des petites coques bien dodues, avec la jolie crête de rigueur.
Au total, j'en ai réalisé de neuf teintes différentes. Au bas mot environ 300 macarons au total, et je vous fais grâce des malheureux présentant un défaut. Gustativement ils sont tout aussi bons, mais le visuel est capital.

maca13Les ganaches : petit rappel, une ganache est constituée de chocolat blanc et de crème fleurette. J'en ai fait à la pistache, au cassis et à la framboise, goût mojito, caramel beurre salé, vanille... Le tout aromatisé avec des produits authentiques, en éliminant les arômes artificiels.

maca7 - CopieLe macaron à la vanille naturelle s'est taillé un beau succès. Délicatement parfumé, blanc et nacré, un véritable bijou...
Le mojito (cliché de présentation) a des coques vertes et jaunes, sa ganache est réalisée à partir de menthe fraîche, de rhum et de citron vert. Les spécialistes m'ont assuré retrouver le mojito dans ce dessert.

maca1Le caramel beurre salé lui a fait concurrence dans le coeur des gourmands(es). Mais j'ai aussi beaucoup apprécié celui au café, et puis celui au cassis, et puis celui à la framboise... Mais, me direz-vous, en dehors du fait que je suis gourmande, et que je suis bien entourée, pourquoi en avoir fait autant ?

maca15Parce qu'il fallait fêter dignement les 20 printemps de mon Grand Petit, pâtissier de son état. Vous imaginez sans peine la pression ! Bon et puis je suis un tantinet obstinée aussi. Une fois choisi le dessert, je DEVAIS parvenir au résultat rêvé. J'ai eu l'immense bonheur de voir tous nos convives se régaler, discutant des mérites comparés des différents parfums, s'extasiant sur le délicat fruité du cassis, et de la vivacité du mojito et la suavité du mangue-passion...

aqua8Ce fut une belle fête, simple et joyeuse, emplie de rires et d'émotion, de surprises et de joie.

Un bien beau moment, des souvenirs à engranger, qui nous tiendront chaud les jours de grand froid...

A toi mon Grand Petit.

Senami

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Posté par senami à 18:40 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2018

je PLAID(e) coupable...

plaid6Vous me pardonnerez le jeu de mots facile, je compte sur votre magnanimité...

plaid3J'ai souvent réalisé des plaids, des housses de couette et des édredons. C'est une activité qui me détend incroyablement, tout en douceur, avec des effets similaires au point compté.

plaid5Alors quand le panier à chutes déborde, il est temps de s'y remettre.
Cela étant, j'ai fait des progrès évolué dans ma pratique comparativement à mes débuts. Ma surjeteuse d'enfer me permet d'aller plus vite dans la réalisation, avec un rendu très propre. L'utilisation de ma brodeuse de compétition ajoute du piment à la chose.
C'est un passe-temps qui demande beaucoup de temps quand même, et je reste toujours un long moment sur la phase du choix de l'emplacement de mes carrés.
C'est un peu comme l'histoire du morceau de pain et du morceau de fromage... ici, dès qu'on en déplace un pour équilibrer l'ensemble, il faut en déplacer plusieurs, et cela en cascade.

plaid9Pour les teintes, j'ai travaillé dans ma zone de confort, et utilisé mes tissus favoris. Ce plaid est pour notre usage, aussi est-il assorti à son environnement. Je suis restée dans un camaïeu de beiges plus ou moins prononcés, avec un beau vert céladon pour réveiller le tout.

plaid1Auparavant, je doublais mes ouvrages avec un plaid acheté dans le commerce, en tissu polaire. Mais au fil des lavages, le tissu synthétique se détériore, et finit par garder une odeur qui m'incommode. J'ai doublé ce plaid avec un molleton lavable, en évitant le molleton premier prix, très mousseux, mais qui se défait au fil des lavages. L'arrière du plaid est doublé en drap métis neuf, le tout est surpiqué.

plaid10L'ensemble du travail est bordé par une bande de tissu plus sombre. J'ai fait à ma façon, et je pense que je vais aller voir des vidéos sur le sujet, pour mieux réaliser mes coins.
Quoiqu'il en soit, après usage, je peux vous assurer que ce plaid remplit son office, qu'il est chaud (c'est quand même sa vocation première), se tient très bien, se plie facilement et s'intègre parfaitement au décor.
D'autres sont en chantier. Cette activité très zen est parfaite en ce moment pas besoin de trop réfléchir, les mains et l'esprit sont occupés en douceur...
Bon dimanche glacé...
Senami

 

 

 

 

 


 

 

 

 



Posté par senami à 09:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,