drouille3Après mon interprétation très personnelle de la notion de robe de chambre (et merci pour vos messages !!!), je reviens dans ma zone de confort en interprétant une nouvelle fois la Victoria Street (patron C'est Dimanche ).

rouille2C'est agréable de prendre un patron, en se disant : "celui-là je le connais, je peux le faire sans hésiter, presque les yeux fermés, il ne me décevra pas...". Un ami au pays de la couture, en somme. Je crois que c'est la troisième interprétation, de la toile de Jouy au lainage.
Le tissu : un lainage fin, de couleur rouille, dont j'ai craint un moment le manque de vigueur, tant je le trouvais mou. Et pourtant, il remplit toutes ses promesses : chaud et léger à la fois, il supporte sans broncher une journée de travail, sans se froisser, sans se déformer. Beau prince, le garçon.

rouille1J'aime tant son jabot, sorti d'un autre temps, et les détails du modèle !

Je dois reconnaître que j'ai été bien aidée par ma surjeteuse de compétition, qui m'a réalisé un bord rouloutté impeccable ! Sans cela j'aurais été contrainte de doubler le jabot, au risque d'avoir quelque chose d'un peu volumineux.

rouille6Au dos, je me suis amusée avec un modèle de broderie, ton sur ton. J'aime bien soigner mon dos au propre et au figuré : finalement, on nous voit autant côté pile que côté face, aucune raison donc de ne pas soigner l'un ou l'autre...
Le choix du ton sur ton est délibéré : une broderie, oui, mais pas trop visible non plus...

rouille9Les martingales du dos et des devants sont également terminées à la surjeteuse pour le point roulotté. Une alternative à la pose du passepoil avec lequel je serais moins à l'aise.
Les martingales du devant sont fixées sur le corps de la veste à points invisibles, ainsi que l'ourlet.

Des boutons de mon stock viennent parfaire l'ensemble. Heureusement qu'il n'en fallait pas plus je n'en avait que quatre...

rouille7Le foulard est un coupon de voile de soie acheté il y a des années, séparé en deux : un morceau pour ma maman, un pour moi. Pour elle j'ai eu la patience de roulotter à la main... Pour moi, il a dormi au fond de l'armoire. Ses couleurs somptueuses, riches, chaudes, allaient à merveille avec la teinte de ma veste... et là l'idée de génie dit la fille qui a une surjeteuse depuis un moment et qui n'avait pas pensé à l'utiliser pour ce foulard... : un petit réglage, on retient sa respiration, on essaie... et là miracle, le roulottage de la soie se fait en un clin d'oeil, à la perfection... Elle est pas belle la vie ?

Bonne semaine !
Senami