bru10Et de trois chemises... Voici la Bruyere, de Deer and Doe. J'ai acheté le patron il y a presque deux ans. Si, si... sorti souvent, rangé tout autant, sans m'expliquer pourquoi. Et puis j'ai trouvé : j'étais gênée par les pans arrondis des basques du modèle original, et sa longueur. Je dois m'asseoir et me relever à peu près cinquante fois en une heure, avec toutes les chances de me retrouver avec une jupette froissée et ayant épousé la forme de mon postérieur.

bru5 J'ai par conséquent apporté quelques petites modifications : raccourcissement de la partie sous la ceinture. Je n'ai laissé qu'une longueur de 20 cm.

bru6Comme je suis assez grande, avec un buste plus long que la moyenne, j'ai abaissé les pinces de poitrine de 1 cm. Les photos prouvent que ce n'est pas suffisant. Je pense que je peux les abaisser d'un ou deux cm supplémentaires.
Le buste est rallongé en tout de deux cm pour que la ceinture tombe bien sur la taille, et non sur les côtes comme cela m'arrive souvent.

Pour le reste, absolument aucune difficulté : le modèle est parfaitement dessiné, tout s'emboîte parfaitement, et même l'épreuve des poignets à fente capucin s'est faite en douceur. C'est bien expliqué... et j'ai dû faire des progrès.

bru3En voyant les photos, je sais maintenant pourquoi j'ai tout de suite aimé ce modèle. Il dessine une jolie silhouette, et est à mi-chemin entre la chemise classique et la tunique.
... il y a quand même un pli qui ne devrait pas être là au milieu... là... sous la ceinture...

bru8Le tissu : un très joli coton, blanc ton sur ton, avec ces petits grains de riz... Il est très frais, et se travaille bien. Je le marie avec un jean, pour ne pas vous laisser penser que je sors du Couvent des Oiseaux.

Vous n'avez rien remarqué ? RIEN ?

Eh eh... En panne de machine à coudre, je travaille avec un vieux coucou bien brave, mais qui ignore la grammaire des boutonnières. Alors en attendant que ma MAC revienne de son congé maladie, j'ai triché en mettant des boutons pression, et en cousant de jolis boutons de nacre par dessus.
Pour vous dire la vérité, je n'ai pas vraiment cousu cette chemise avec mon vieux coucou, mais avec la merveille offerte par l'Homme Idéal : une surjeteuse/recouvreuse, qui s'enfile toute seule... Le rêve, quoi... avec des finitions impeccables, si belles qu'on voudrait presque mettre la chemise à l'envers...

bru11Alors il a eu son t.shirt, en belle maille fluide et lourde, gris chiné, une merveille issue de surplus d'un grand couturier. Et comme l'Homme Idéal a des pudeurs de donzelle, vous n'aurez pas le vêtement porté... juste en photos.

bru13Matez moi ces finitions, réalisées (presque) le finger in the nose. Quand on y pense, c'est tout de même un comble : faire du DIY pour s'entendre dire : "oh on dirait un qui sort du magasin"...

J'ai encore du chemin pour dominer la bête de course qui trône maintenant dans l'atelier, mais je sens qu'entre elle et moi, ça va être une longue histoire...

Bonne fin de dimanche...

Senami